fbpx

Pourquoi vos colis n’arriv(ai)ent jamais chez vous ?

3 Juil 2020 | 0 commentaires

Parce que vous n’êtes pas chez vous, parce que votre boîte aux lettres est trop petite, parce que vous n’avez pas de concierge, parce que votre concierge a refusé de le prendre, ou encore parce que votre livreur a eu la flemme de monter jusqu’à votre étage…

C’est une combinaison de l’une ou plusieurs de ces raisons qui vous pousse systématiquement sur les chemins d’un bureau de Poste déjà fermé (il est déjà 19:00 !), d’un point relais qui n’existe plus depuis la dernière fois, ou vous pend au téléphone ou encore à votre outil de suivi de colis sur internet pour réaliser que ce dernier est retourné en centre de tri à 35 km du domicile, voire tout simplement à son expéditeur…

Dans les faits, si le parcours de l’achat sur internet a été extrêmement simplifié, fluidifié et enrichi au cours de la décennie passée, levant quasiment toutes les barrières à son adoption, la récupération du colis par son destinataire reste le grand point noir de l’opération. L’ensemble de la chaîne de valeur de la logistique du dernier kilomètre se retrouve ainsi sensiblement dégradée par une remise du colis sur le “dernier mètre” trop erratique, alors même que le stockage, le tri et l’expédition sont de mieux en mieux gérés. Un peu à la façon dont une voiture serait dotée d’un moteur, d’une boîte de vitesses et de freins de course, mais équipée de pneus de bicyclette… Au risque de caricaturer la perception des acheteurs, alors que plus de 80% d’entre eux plébiscitent une livraison “à domicile”, cette dernière a systématiquement lieu aux heures ouvrées, sans récipiendaire, sans infrastructure de dépôt, et souvent sans solution humaine palliative.

A l’heure où le métier de gardien(ne) ou concierge tend à se raréfier, apporter une réponse simple à ce problème complexe relève de la gageure.

Si certains services proposent de la livraison sur rendez-vous, ce mode de fonctionnement est trop coûteux pour envisager son déploiement systématique, le limitant à des verticales à forte valeur ajoutée, ou à des paniers moyens élevés (ex : courses alimentaires périssables ou produits de luxe).

L’idéal serait en réalité de pouvoir recevoir ses colis sur son lieu de vie comme l’on y reçoit son courrier, c’est à dire dans un réceptacle adapté en dimensions, accessible au livreur, et sécurisé, sorte de pendant moderne à la boîte aux lettres.

Malheureusement, l’équation n’est pas si simple. Un tel réceptacle devra aussi répondre à des impératifs consubstantiels de la typologie d’habitat du vieux continent : compacité (les parties communes sont rares et étroites), faible coût (recevoir ses colis n’est pas vraiment un investissement “plaisir” !) et déploiement sans travaux (personne ne souhaite refaire tout son hall d’entrée ni avoir à dédier une ligne internet à sa boîte aux lettres…).

La société Boks a décidé de résoudre cette équation, en concevant le premier système de réception de colis low-cost, sécurisé, flexible, autonome, mutualisé, et sans travaux d’installation, pour adresser la problématique de l’ensemble des immeubles, grands comme petits, neufs comme anciens.

La promesse de valeur pour l’habitant : ne plus jamais avoir à se
déplacer en bureau de Poste ou en point relais
 et plus généralement ne plus avoir à se soucier de l’intendance de réception ou de retour de ses colis.
Boks est compatible avec 100% des transporteurs et des e-commerçants, permettant la réception à domicile de tous les colis, 24/24h et 7/7j.

Les professionnels sont également servis par le changement de paradigme pressenti : les transporteurs y trouvent un intérêt décisif en termes d’amélioration de leur taux de service en première présentation de colis, alors que les e-commerçants l’attendent pour enfin refermer la boucle d’une expérience d’achat “seamless” pour leurs clients, augmentant leur taux de conversion au digital ainsi que la récurrence des achats en ligne.

Il se pourrait donc bien que dès demain, aller chercher un colis hors de chez soi— à l’instar d’aller louer un film au vidéo-club — fasse irrémédiablement partie du passé. Que ce colis arrive bien à domicile, là où il aurait toujours du arriver. Qu’il cesse d’encombrer nos esprits.